Gérard Garouste aux Beaux-Arts de Paris

Zeugma, le grand oeuvre drolatique
Une installation monumentale de Gérard Garouste aux Beaux-Arts de Paris Du 15 mars au 15 avril 2018
Cour vitrée du Palais des études

Du 15 mars au 15 avril prochain, Gérard Garouste investit le cadre exceptionnel de la cour vitrée des Beaux-Arts de Paris en présentant une série d’installations monumentales et de dispositifs théâtraux.
Fausses tapisseries, anamorphoses, jeux d’oculi, labyrinthe, inviteront le visiteur à pénétrer ce Grand oeuvre drolatique, mêlant sens caché et onirisme, références aux textes revélés et évocations de Rabelais et de Dante.


L’exposition dévoile un aspect méconnu du travail de l’artiste à travers quatre pièces monumentales réalisées entre 1987 et 2003 : Les Indiennes, La Dive Bacbuc, Ellipse et Les Saintes Ellipses. Ces pièces, qui n’avaient plus été montrées en France depuis quinze ans, sont réunies pour la première fois.
Ces oeuvres ont pour point commun la technique particulière utilisée par l'artiste et qui a donné son nom à la première d'entre elles, les Indiennes (qui doivent initialement leur nom au fait qu'elles étaient importées des comptoirs des Indes) : de la peinture à l'eau sur toile encollée mais non enduite, donc absorbante; il importait à l'artiste que ces oeuvres évoquent d'avantage la teinture que la peinture. Souples car sans châssis, elles se roulent comme un tapis et se déplacent au gré des événements.

 Téléchargez le communiqué de presse

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire