Ressources : lexique de l'image photographique

Angle de vue : L’angle de (prise de) vue correspond à l’angle qui délimite l’espace couvert par l'objectif monté sur l'appareil de prise de vues.

On distingue l'angle de champ horizontal de l'angle de champ vertical.

Angle et point de vue sont deux notions intimement liées, car le point de vue est situé au sommet de l’angle de vue. Types d’angles de vue :
- Angle "serré", plus aigu que la vision humaine "normale"
- Angle "normal", proche de la vision d'observation humaine
- Angle large ou "grand angle", angle plus obtus que la vision humaine normale

Cadre, cadrage : Le cadre peut être comparé à une fenêtre qui délimite l’espace représenté. Le cadrage désigne le choix des limites de l’image recherchée et de l’angle de prise de vue. Voir aussi Champ, hors champ / Plan.

Champ, hors-champ : Le champ désigne la portion de l'espace visible à travers l'objectif d'une caméra, et limité par le cadre. D'un point de vue artistique, le champ est à la photographie et au film ce que le cadre est au tableau, c'est la base de la composition de l'image.

Le hors-champ désigne tout ce qui ne se voit pas sur l’image ou à l'écran mais existe dans l’imaginaire ou dans l'idée que se fait le spectateur de la scène et de sa narration.

Contre plongée, plongée : On nomme contre plongée la prise de vue dirigée du bas vers le haut (vue faite d’un point d’observation moins élevé que le sujet principal), et plongée, la prise de vue dirigée du haut vers le bas (vue faite d’un point d’observation plus élevé que le sujet principal).

Démarche : Processus d’élaboration d’une oeuvre et, par extension, le projet artistique d’un créateur.

Diaporama : Spectacle fait de la projection de photographies accompagnées ou non de musique ou de sons.

Esthétique de l’ordinaire : De nombreux photographes, depuis la fin des années 80, se sont intéressés au quotidien sous ses formes les plus banales.

Environnement : Œuvre en trois dimensions dans laquelle le spectateur peut entrer.

Fiction : Invention libre qui peut naître à partir d’un assemblage de documents, d’éléments photographiques ou filmiques, ou d’une installation.

Hyperréalisme : Courant pictural américain de la fin des années 60, appelé aussi « photorealism » qui s’appuie sur la reproduction très fidèle de la réalité à partir de documents en images.

Icône : Terme d’abord religieux étendu à une image faisant l’objet d’une vénération.

In situ : OEuvre réalisée ou installée dans un espace non dédié à l’art.

Installation : Proche de l’environnement, déployée dans un espace, l’installation désigne une oeuvre qui fait dialoguer des éléments de natures diverses, et où se mêlent différentes techniques artistiques, pour une présentation non traditionnelle.

Macrophotographie : Photographie très rapprochée d’un petit objet visible à l’oeil nu.

Microphotographie : Photographie d’un objet invisible à l’oeil nu au moyen d’un microscope.

Mise en abîme : Répétition d’un motif ou d’une image à l’intérieur d’un cadre qui crée une idée de profondeur.

Monochrome : Image dont les valeurs sont constituées par les gradations d’une même couleur.

Montage : Agencement d’éléments visuels ou de séquences, d’abord au cinéma ou en vidéo et, par extension, en photographie.

Narration : Exposé ou récit d’une suite de faits, réels ou inventés, sous une forme littéraire, écrite ou iconographique.

Plan : Terme à employer dans le même sens qu’en peinture. Les plans sont les surfaces planes, perpendiculaires à l’axe du regard qui servent de repère spatial pour situer êtres et objets plus ou moins lointains dans une représentation en perspective classique (avantplan, premier plan, deuxième plan…, arrière-plan…) . Il y a une infinité de plans possibles dans la profondeur de champ. On parle de plan de grand ensemble, de plan moyen (en pied), de plan américain (aux cuisses), de gros plan… Chaque type de plan contient sa valeur d’information, d’expression et de sens.

L’échelle des plans est la grandeur des êtres ou des objets de l’espace représenté dans l’image par rapport à la taille de l’image. La taille humaine sert de repère implicite dans l’évaluation de l’échelle des plans.

Point de vue : Il se définit spatialement. C’est la place occupée par le peintre, le photographe, l’opérateur de cinéma, l’endroit à partir duquel a eu lieu la vision, et d’où se structure l’espace. Le point de vue a une importance primordiale. Etroitement lié à la notion de cadre, le point de vue traduit la relation entre celui qui voit et l’objet de sa vision.

Tout point de vue est un choix signifiant. Il correspond à une intention. La question se pose en termes de "monstration" – que nous montre-t-on ? sous quel aspect, quel angle ? d’où ? – et d’intention : pourquoi nous montre-t-on cela de cette façon ?

Profondeur de champ : Distance entre le premier et le dernier plan dans laquelle l’image a une netteté. Autrement dit, c’est la zone de netteté située à l’avant et à l’arrière du point précis de l’espace où on effectue la mise au point. En peinture classique, la netteté est en général optimale.

Réalisme : Conception ou caractère d’une production qui vise la description et l’objectivité de l’espace, des faits ou des personnages représentés.

Vidéogramme : Image photographique tirée d’un film vidéo.

Vocabulaire proposé par M. Didier FROUIN, conseiller pédagogique départemental en arts visuels (Inspection Académique du Finistère).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire