Programme/ OPTION FACULTATIVE (BO n° 10 du 8 mars 2018)

Les transparents de Carmontelle : d'une mise en scène de l'image aux prémices de l'histoire de l'installation.

Ces œuvres et cette problématique visent à soutenir l'investigation de l'entrée du programme portant sur « l'aspect matériel de la présentation : le support, la nature, les matériaux et le format des œuvres ». Si l'étude des transparents réalisés par Louis Carrogis dit Carmontelle (1717-1806) en constitue l'objet, elle est aussi le point d'entrée - y compris dans le cadre de la pratique des élèves - vers des éléments de comparaison avec des stratégies et des modalités de présentation développées ultérieurement.

Programme/ OPTION DE SPÉCIALITÉ (BO n° 10 du 8 mars 2018)

Machines à dessiner, protocoles ou programmes informatiques pour générer des dessins, trois études de cas avant l'ère du numérique : les Méta-matics de Jean Tinguely, les wall drawings de Sol LeWitt, les dessins assistés par ordinateurs de Vera Molnar.


Vera Molnar - SPECIALITE

article à venir.

Lien intéressant : ici.

Sol LeWitt - Présentation de l'oeuvre et du parcours - SPECIALITE


Sol LeWitt (1928-2007) est né aux États-Unis, à Hartford, Connecticut. Il étudie les beaux-arts à l’université de Syracuse (état de New York), puis à la Cartoonists and Illustrators School (aujourd’hui School of Visual Arts) à New York. Il travaille ensuite comme graphiste dans le cabinet d’architecture d’I.M. Pei, puis en tant que réceptionniste au Museum of Modern Art, où il rencontre les artistes Robert Ryman, Dan Flavin et Robert Mangold, ainsi que la critique Lucy R. Lippard. Identifié dans un premier temps à l’art minimal américain, LeWitt s’en détache rapidement pour favoriser une approche conceptuelle de la création artistique.
Si les dessins muraux constituent la pratique la plus emblématique de l’oeuvre de LeWitt (que l’artiste débute en 1968, à l’âge de 40 ans), son oeuvre inclut également des pièces en trois dimensions (nommées « structures »), des dessins sur papier, des séries photographiques, des oeuvres graphiques et des livres d’artiste. LeWitt utilise ces différents médiums comme autant d’outils pour mieux explorer ses processus mentaux.
LeWitt bénéficie de sa première exposition monographique en 1965, à la John Daniels Gallery de New York. Dès lors, son travail est inclus dans de nombreuses expositions en galeries, musées et au sein d’événements artistiques internationaux.

Méta-matics de Jean Tinguely - SPECIALITE

Jean Tinguely (1925 - 1991)
Méta-matic n° 1
1959
Métal, papier, crayon feutre, moteur
96 x 85 x 44 cm
Achat, 1976
Numéro d'inventaire : AM 1976-544

Extrait du catalogue Collection art contemporain - La collection du Centre Pompidou, Musée national d'art moderne , sous la direction de Sophie Duplaix, Paris, Centre Pompidou, 2007

Les machines à dessiner (les premières datent de 1955) sont réellement mises au point par Tinguely en 1959 et développées dans une série de près de vingt « Méta-Matics » jusqu’en 1960. Elles connaissent un franc succès dès la Biennale de Paris de 1959, apparaissant comme les premières pièces de Tinguely à alimenter le débat sur l’art contemporain. N’ayant jamais le même aspect ni la même taille, les « Méta-Matics » sont des « méta-mécaniques » formées d’une roue motrice reliée par des courroies à une ou plusieurs roues qui tournent et entraînent un arbre excentré transmettant à une tige un mouvement irrégulier. L’utilisateur fixe à l’extrémité de cette tige un morceau de craie, un crayon, un stylo à bille ou encore un feutre, qui couvre de traits et de griffonnages le papier posé sur le support prévu à cet effet. Quelques instants plus tard apparaît un dessin dont les motifs se répètent à l’infini. Par ses machines à dessiner, Tinguely veut prouver qu’une œuvre d’art, loin d’être une création définie, achevée, peut engendrer sa propre vie et produire elle-même de l’art. De ce fait, les dessins variant selon la manipulation, il n’y a pas deux dessins identiques – d’où l’importance de la pression du traceur sur le papier, de la fluidité de l’agent colorant ou de la qualité du papier. La machine, le constructeur et l’utilisateur participent à parts égales à l’œuvre, à la fois sculpture, happening et dessin.
Nadine Pouillon 


« Utiliser des machines pour produire automatiquement des œuvres d’art n’est pas nouveau. Sur un point cependant, Tinguely va, avec ses ‹ Machines à dessiner › et ‹ Méta-Matics ›, au-delà de toutes les tentatives antérieures. Les dessins de ses automates sont stylistiquement à la hauteur de son époque. Ils imitent la peinture tachiste, alors très en vogue. ‹ Ces appareils à peindre rendent absurde le tachisme lui-même devenu académique. › » (cit. tinguely.ch)

ici une vidéo 

un cours de l'UTL13 là


projet Japon - Classe à PAC

Artiste :

Pour en savoir plus : Association Talachine


Professeur des ateliers :Akiyo KAJIWARA, artiste textile et enseignante de culture japonaise chez Akiyo Design Textile

Fondatrice de l'association culturelle franco-japonaise Talachiné
 
En 1996, Akiyo obtient le diplôme d’études supérieures de photographie et d’art de l’université de Nihon.
Après avoir passé plusieurs années à voyager, elle se tourne vers le domaine du textile artisanal.

Elle est installée à Paris depuis 2008 .

- création à partir de tatami-béri
- Furoshiki, l'art de l'emballage japonais
- Sacs modulables à patir de tenugui
- Kabuto, casque de Samurai
- Kai-awasé, jeu de coquillage
- Nécessaire à couture en forme d'hisago
- Origami et kirigami
- Sac Azuma 
- Sac Mongiri
- Saki-ori
- Sashiko
- Shibori
- Teintures végétales textiles
- Teru teru-bôzu
- Yubi-ami, tricot aux doigts

« La classe, l’œuvre ! » 2018 - Ressources/ Le Corbusier


Le blog d'une collègue d'arts plastiques avec pleins de ressources :
https://artplastoc.blogspot.fr/2014/10/276-le-corbusier-1887-1965-architecte.html

Zao Wou-Ki - L’espace est silence.

Hommage à Claude Monet, février-juin 91 – Triptyque, 1991
huile sur toile, 194 x 483 cm
Collection particulière
© Adagp, Paris, 2018 Photo : Jean-Louis Losi

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Zao Wou-Ki n’aime pas le mot « paysage » auquel il préfère celui de « nature ». Ses rapports avec le monde extérieur sont faits de découvertes et de voyages, de rencontres fécondes dont les premières furent avec Henri Michaux et le compositeur Edgar Varèse. Poésie et musique demeureront pour lui deux pôles d’attraction permanents, comme une tension nécessaire avec la peinture – donnant sens, à mesure que son art s’affirme, à l’expression que l’artiste a inspirée très tôt à Michaux : L’espace est silence.

Pour plus d'infos : ici.
Dossier pédagogique en cours
Livret en famille en cours

BAC 2018 - option FACULTATIVE toutes séries- 2018


Epreuve du Bac : 

S'interroger sur la question de la présentation (programme général).

+ connaitre 3 œuvres/ artistes (voir plus bas)

+ constituer un dossier de travaux

+ présentation / échange à l'oral de 30 minutes.

 

pour plus de détails :

Épreuve orale, 30 minutes maximum.
1ère partie : 20 minutes maximum, 2de partie : le temps restant.


Objectifs de l'épreuve L'épreuve a pour objectif d'évaluer les compétences plasticiennes et techniques, théoriques et culturelles des candidats. Il s'agit de mesurer l'étendue des connaissances, de vérifier les acquis et d'apprécier la singularité de démarches inscrites dans un itinéraire artistique. Les compétences d'expression et d'argumentation font l'objet d'une attention particulière.

 
Modalités de l'épreuve

 L'évaluation se déroule sous la forme d'un entretien en deux temps s'appuyant sur un dossier de travaux réalisés par le candidat, puis sur sa culture artistique acquise dans le domaine des arts plastiques.

 
- Première partie : entretien sur dossier
La première partie de l'entretien prend la forme d'un dialogue avec les membres du jury. Ce dialogue s‘appuie exclusivement sur le dossier présenté par le candidat. Ce dossier est composé de travaux choisis par le candidat, réalisés dans le cadre de l'enseignement d'arts plastiques de l'année de terminale et en référence à son programme. Ils permettent au candidat de témoigner au mieux des projets, des démarches et des aboutissements qui ont jalonné son année de formation. Ces travaux font l'objet d'une évaluation.

 
- Seconde partie : entretien sur les connaissances et la culture artistique du candidatLe jury interroge le candidat à partir d'un ou de plusieurs documents iconographiques, en relation avec le programme de terminale publié au Bulletin officiel du ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative. Il évalue les connaissances que celui-ci a acquises sur les contenus du programme (la question de la présentation et les trois questions limitatives). Il prend également la mesure des capacités du candidat à mobiliser des références utiles à situer les ancrages de sa pratique plastique.

 
- Le dossier est introduit par la fiche pédagogique, dont un modèle est placé en annexe 1 de la présente note de service. Il comprend également une liste de travaux. Le lien ici  (page 1 pour les arts plastiques)

 

À la Une : Œuvres et thèmes de référence pour les épreuves de l'enseignement artistique

 

Nouveau :

1
Sophie Taueber-Arp (1889-1943)
En appui sur trois œuvres significatives de Sophie Taueber-Arp, le professeur soutiendra l'investigation de l'entrée de programme portant sur «la tradition, rupture et renouvellements de la présentation: la tradition du cadre et du socle, ses ruptures et renouvellements contemporains» (extrait du programme fixé par l'arrêté du 21 juillet 2010, B.O.E.N. spécial n° 9 du 30 septembre 2010).
Artiste particulièrement inventive, Sophie Taueber-Arp est pleinement inscrite dans les avant-gardes du début de XXe siècle. Elle devait pourtant rester longtemps dans l'ombre des grandes figures masculines de la modernité en arts plastiques. Membre de Dada, pratiquant l'art concret bien avant que les principes en soient énoncés par Théo Van Doesburg, elle s'est rapidement associée à des groupes d'artistes de tendance abstraite: Cercle et Carré, Abstraction-Création ou Allianz. Son œuvre très diverse s'exerce dans de nombreux domaines entre lesquels elle entretient de nombreux liens, les nourrissant réciproquement de leurs langages, de leurs esthétiques, de leurs avancées: peinture, sculpture, danse, architecture, architecture d'intérieur, arts décoratifs... Elle devait également fonder et éditer la revue Plastique/PLASTIC.

-Sophie Taueber-Arp (1889-1943),Tapisserie Dada, Composition à triangles, rectangles et parties d'anneaux, 1916, tapisserie au petit point, laine, 41 x 41 cm. Musée national d'art moderne, Centre Georges-Pompidou, Paris. Legs Mme Ruth Tillard-Arp, 2007;

-Sophie Taueber-Arp (1889-1943), Jean ou Hans Arp (1886-1966), Théo van Doesburg (1883-1931),L'Aubette, 1926-1928, aménagement et décors d'un complexe de loisirs (café, restaurant, brasserie, salon de thé, ciné-bal, caveau-dancing, salle des fêtes...) sur quatre niveaux (caveau, rez-de-chaussée, entresol et étage), Strasbourg. Premier étage restitué de 1985 à 2006. Classée au titre des Monuments historiques;

-Sophie Taeuber-Arp (1889-1943), Relief rectangulaire, rectangles découpés, rectangles appliqués et cylindres surgissants, 1936, relief en bois peint, 50 x 68.5 cm, signé et daté sur le dos: SH Taeuber-Arp 1936. Kunstmuseum, Basel. Don de Marguerite Arp-Hagenbach, 1968.

Pour en savoir plus, divers liens : 

 

https://artplastoc.blogspot.fr/2017/02/649-tfac-sophie-taeuber-arp-une.html

http://artspla-site-austral.ac-reunion.fr/spip.php?article628

https://artplastoc.blogspot.fr/2017/04/694-tfac-herve-dartois-sujets-de.html

https://www.centrepompidou.fr/cpv/resource/cMjR5B/rARAkK


et toujours 2 autres artistes/ œuvres :


2
Bill Viola
En appui sur des œuvres de Bill Viola, le professeur soutiendra l'investigation de l'entrée de programme portant sur le statut de l'œuvre et présentation.
Le lien ici.
ou encore ici.


3
Paolo Caliari, dit Véronèse, fresques de la villa Barbaro à Maser (1560-1561)
Le lien ici.

Obsolète : Claes Oldenburg et Coosje Van Bruggen, La bicyclette ensevelie, Parc de la Villette, Paris, 1990Le lien ici.

Pour plus d'infos : le texte officiel (Parue au B.O.n°1 du 7 janvier 2016, la liste des œuvres et des thèmes inscrits au programme de terminale (enseignements de spécialité en série littéraire, options facultatives toutes séries) pour l'année scolaire 2016-2017 et pour la session 2017 du baccalauréat).

Tableau synoptique 2018 ici.

Programme général de l’année de terminale (BOEN Spécial n°9 du 30 septembre 2010)

Texte de référence Arts plastiques – Epreuve facultative (partie I.2)
 
Note d’information

 
Fiche conseil Arts Plastiques

 
Fiche pédagogique Arts Plastiques


- Voir le site Arts plastiques

FMAC à l'école : médiation au collège

 

Sophie Leromain, médiatrice auprès du FMAC en arts plastiques et musique est venue 8 fois au lycée Jules Ferry, auprès des élèves de 6°, 5°, 4° et 3°, pour mener une médiation autour de l'oeuvre de Fred Vaesen. 2 visites par niveaux et par classe.

Il est question de Frédéric Vaësen bien sur, mais aussi de Giorgia O'Keeffe
Giorgia O'Keeffe, Red Canna, 1919.
du poivron énigmatique d'Edward Weston et de pleins d'autres œuvres.
Merci Sophie ! et à bientôt pour la restitution.
:)

Concours le Corbusier

On attends les résultats !!!

CONCOURS D’ÉCRITURE
Du 13 octobre au 31 décembre 2017

" Voici tout d'un trait de plume beaucoup d'histoires sur moi
Le Corbusier à ses parents, lettre du 9 janvier 1919


Le site de la fondation le Corbusier ici.

Alvar Aalto

Surnommé le « Mage du Nord » par le critique d’architecture Sigfried Giedion, Alvar Aalto est l’architecte finlandais le plus connu de sa génération et l’un des représentants majeurs d’un modernisme à visage humain.
La Cité présente une large rétrospective du Vitra Design Museum et du Musée Alvar Aalto, Finlande. Elle rassemble une sélection exceptionnelle de ses principales réalisations architecturales et de ses pièces de design devenues iconiques.

Trente ans après la dernière grande rétrospective française, cette exposition réalisée en partenariat avec la Fondation Alvar Aalto retrace, à travers près de 150 œuvres (maquettes, dessins, photographies historiques et contemporaines) en grande partie présentées pour la première fois en France, les jalons des cinquante années d’activité de l’architecte depuis les premiers projets finlandais des années 1920 jusqu’au développement international de l’agence. Tandis que le sanatorium de Paimio (1929- 1933), la villa Mairea (1938-1939) et le pavillon finlandais de l’Exposition universelle de New York (1939) le placent au premier plan de la scène architecturale moderne, Alvar Aalto poursuit une voie profondément originale conciliant principes fonctionnalistes et aspirations humanistes. À travers des exemples de mobilier, de luminaires et de verrerie historique ses recherches restituent une pensée et une œuvre qui placent l’homme et ses perceptions au coeur du processus de création.
Alvar et Elissa Aalto
pour en savoir plus : le site de l'exposition ici.

Cette exposition est en lien avec l'intervention de Véronique Andersen au lycée, et de tout le travail de design que nous allons dérouler autour du projet "Asseyez-vous" !.