Adios Tàpies... , l'esprit de la matière

"Le tableau devait être une chose, un objet investi par l'artiste d'une énergie mentale, d'une sorte de charge électrique qui, touchée par un spectateur à la sensibilité appropriée, déclenche des émotions déterminées."

«Mon illusion est d'avoir quelque chose à transmettre. Si je ne peux pas changer le monde, je désire au moins changer la manière dont les gens le regardent. »
cité par William Grimes, « Antoni Tàpies, a Painter With Textures, Dies at 88 », in New York Times, jeudi 8 février 2012.



Il qualifie ses œuvres de « champs de batailles où les blessures se multiplient à l'infini. ».

Entre peinture et sculpture, nulle distinction pour lui : "Je ne vois pas de frontière, je ne sais pas où elle passerait exactement. Nombre de mes tableaux sont travaillés sur les marges et par-derrière, afin d'en finir avec la conception du tableau-fenêtre et de construire des tableaux-objets. Et de là à des reliefs, à l'introduction d'objets sur la surface, à des assemblages, la distance est vite franchie. Je n'ai jamais eu le sentiment de "passer" à la sculpture, comme on dit." Cité par Philippe Dagen
fidèle aux matériaux pauvres: ficelle, fil de fer, paille et terre.
Article de Phlippe Dagen sur le blog du monde : ici, avec une vidéo intéressante de l'INA.

Ouvrage de Tapies : "La pratique de l'art", folioessais, Gallimard.

Fondation Antoni Tàpies de Barcelone : le lien ici.

Quelques oeuvres d'Antoni Tàpies sur le site de la galerie Lelong : ici.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire